L’art de la preuve d’amour, faut-il encore dire « je t’aime » ?

Trop risqué ? Inutile ? Et si dire "je t'aime" était finalement dépassé ? Désormais vous lirez 7 fois cette chronique dans votre bouche avant d'avouer vos sentiments n'importe comment.

Votre coeur a encore frappé. Vous étiez là, avec Alfred, par un samedi après-midi de printemps, allongés l’un à côté de l’autre, en train de regarder une vidéo de Maxime Gasteuil qui hurlait sur Instagram, quand soudain, vous lui avez tout dit. Même pas besoin de vous torturer ou de vous faire passer au détecteur de mensonges. Non. Il ne vous a rien demandé mais vous lui avez tout avoué : vous l’aimez.

Réaction en live d’Alfred : ‘ Haha, c’est chou

Vous : ‘ Non mais c’est vrai

Alfred : ‘ Haha.. allez viens-là ‘ (il vous prend*)

* dans ses bras

Même si c’est un peu extrême, Samantha Jones ci-dessus n’a pas complètement tort.

Tout se passait bien jusqu’ici, et Alfred ne doutait pas de vos sentiments, ni des siens, et ce pour la simple et bonne raison qu’il ne se posait aucune question.

Mais cette révélation a fait l’effet d’une bombe, kamikaze de l’amour que vous êtes.

Parce qu’Alfred va devoir vous répondre, et donc se poser une question à son tour (déjà là c’est compliqué), et non des moindres qui plus est : est-ce qu’il vous aime aussi ?

A ce stade, vous pouvez toujours tenter de rattraper le coup en disant que vous parliez du mec dans la vidéo, mais pas sûr que ça aide.

Maintenant que vous avez lancé la grenade, il est probablement trop tard. Les jeux sont faits et rien ne va plus.

Pourquoi ? Parce qu’un lâcher de « je t’aime » est à vos risques et périls :

1. c’est peut-être un peu trop.. de pression :

Si l’on analyse la réaction d’Alfred, recevoir un « je t’aime » de vous équivaudrait à une demande en mariage, l’annonce d’une envie immédiate d’un enfant, d’un projet d’achat d’un pavillon avec jardin en banlieue parisienne pour y séjourner pendant les 40 prochaines années.

Alfred, qui est par nature un flippé de l’engagement, qui ne sait pas prendre une décision et encore plus depuis qu’il a l’embarras du choix (50% de femmes célibataires à Paris contre 35% d’hommes, ce sont les chiffres), doit aujourd’hui se prononcer : être ou ne pas être amoureux en retour, telle est la question.

C’est peut être un détail pour vous, mais pour lui ça veut dire beaucoup. Il ne peut pas s’engager s’il n’est pas 100% convaincu que vous êtes la bonne, ou au moins qu’il y a une chance que vous le soyez.

2. c’est peut-être un peu trop.. tôt :

Alfred est peut-être encore au stade de découverte et d’idéalisation de vous. Lui qui pensait que vous étiez une fille mystérieuse qu’il allait tout faire pour séduire, et bien non, même pas besoin bam vous l’aimez déjà. Alfred est choqué, et presque déçu. Vous ne lui avez pas laissé le temps de tomber amoureux.

Et maintenant que vous avez trahi votre légende et révélé votre véritable identité (une groupie), il va falloir se débarrasser de vous (si je ne suis pas fichée à la fin de cet article, qu’on me décerne un prix pour la meilleure métaphore filée).

3. c’est peu être un peu trop..tout simplement :

C’est vrai qu’il passe de bons moments avec vous, que vous êtes mignonne quand vous dormez, qu’il adore quand vous vous énervez, mais est-ce que ça veut dire qu’il vous aime pour autant ? Est-ce que vous apprécier c’est suffisant ? Est-ce qu’on peut aimer et quand même mater une autre fille dans la rue ? C’est quoi l’amour en fait ?

Vous avez 4 heures.

Je plaisante, restez-là. J’ai fait le taff pour vous.

Le vrai problème du « je t’aime » d’aujourd’hui, et qui a augmenté sa dangerosité, c’est qu’il intervient en cours de relation, et non plus au début.

Phénomène accentué par le développement des couples formés via des applications de rencontre, il est devenu normal de s’engager dans une relation avant même de vraiment connaître l’autre personne et de savoir si on éprouve des sentiments pour elle. Finalement ces enfants qui font passer un papier à une fille à qui ils n’ont jamais parlé pour lui demander si elle veut sortir avec eux ne sont pas si éloignés de la réalité.

Loin de nous cette époque où la déclaration d’amour était le point de démarrage officiel d’une relation de couple (lorsqu’elle était réciproque), après avoir appris à connaître l’autre et en être déjà tombé amoureux.

Laurie faisant sa déclaration d’amour à Joséphine March (l’une des 4 filles du fameux Docteur) après des années à être son meilleur ami.
Mr. Darcy déclarant sa flamme à Elizabeth Bennet dans Orgueil et Préjugés
Mr. Darcy (vieux) déclarant sa flamme à Bridget Jones (le mec est dans tous les bails) après avoir appris à la connaître

A l’époque où les hommes courtisaient encore les femmes, Alfred de jadis ne déclarait sa flamme que pour proposer une relation, lorsqu’il était déjà sûr de vouloir s’engager. Alors qu’aujourd’hui, Alfred 2.0 mène des expériences, se lance dans des relations juste pour pour voir, et vous larguera si finalement il ne tombe pas amoureux au bout d’un certain temps.

Ainsi au 21ème siècle, les premiers mois d’une relation sont une sorte de période d’essai qui peut mener à un CDI… ou à une rupture. Il y a donc une chance sur deux qu’une relation ne dépasse pas quelques mois. Le « je t’aime » est finalement la validation de la période d’essai par l’une des deux parties, l’expression dun souhait de passer en CDI.

Pour un « je t’aime » non réciproque, on passe donc d’un simple risque de bash (râteau) au 19ème siècle, à un risque de largage en bonne et due forme, une rupture radicale de toute relation, au 21ème : ce qui fait clairement plus à perdre, et plus mal, on ne va pas se mentir.

Mais, si dire « je t’aime » est une véritable prise de risque, faut-il éviter d’avouer ses sentiments pour autant ?

Reprenons le problème depuis le début si vous le voulez bien. Si je résume, vous avez besoin de dire à Alfred que vous l’aimez, c’est vital qu’il sache, mais Alfred est allergique à votre façon de lui dire. Votre « je t’aime » lui provoque boutons, crises d’angoisses et insomnies. Le pauvre.

Et si la réponse consistait tout simplement à changer de langue ?

Je ne dis pas qu’il faut dire à Alfred que vous l’aimez en italien, mais qu’il y a peut d’être d’autres façons de prouver son amour qu’en le disant.

Parce que dire « je t’aime », au fond, c’est en réalité tout simplement une manière de prouver son amour. Mais ce n’est pas la seule.

Dans « Les 5 langages de l’amour », le pasteur Gary Chapman (oui vous avez bien lu), nous enseigne qu’il y aurait cinq manières d’exprimer et d’expérimenter l’amour.

  1. la parole valorisatrice (ça c’est vous avec vos « je t’aime » intempestifs)
  2. les cadeaux (ça c’est votre mère qui vous couvre de chocolats dès que vous passez la voir)
  3. les services rendus (ça c’est votre meilleure pote, qui est toujours prête à annuler ses plans pour vous aider à mettre en place une mauvaise idée)
  4. les moments de qualité (ça c’est votre grand-mère, qui peut passer des heures à vous partager ses recettes de soupes à l’oignon)
  5. le toucher physique (et ça c’est peut-être Alfred lorsqu’il vous a pris dans ses bras quand vous lui avez dit que vous l’aimiez)

Ainsi chacun a son propre langage de l’amour, sa façon de l’exprimer, et sa façon de le recevoir aussi.

Par exemple, vous qui étiez allongée sur le lit au début de cette chronique, vous exprimez vos sentiments par la parole, vous êtes du genre à décrire tout ce que vous ressentez pour l’autre, et à faire des déclarations enflammées par messages. Vous êtes un véritable juke box à compliments.

Sauf que la parole, ça met mal à l’aise Alfred qui, même s’il y avait réfléchi et décidé qu’il vous aimait aussi, est sûrement constipé des sentiments (cf ma chronique sur la constipation des sentiments).

Alfred préfère vous montrer qu’il tient à vous en vous serrant contre lui.

Donc vous voyez le topo : si vous sortez avec un type qui vous tripote sans arrêt… c’est peut-être qu’il vous témoigne tout son amour !

(Je blague. Méfiez-vous du type en question, c’est sûrement un obsédé).

Tout est donc une question de langage. Si vous parlez Ch’ti à Alfred qui vous répond en Créole, aucun de vous ne va comprendre l’autre, même si vous dites tous les deux la même chose.

J’chte ker min ptiot kinkin

mwen menm mwen renmen ‘ (je vous jure que ceci est une déclaration d’amour et pas une insulte)

En résumé, dire « je t’aime » en 2020, c’est 1. très risqué, 2. pas nécessairement utile.

La meilleure façon d’exprimer vos sentiments c’est encore finalement de les prouver, et ce en adoptant le langage qui fera que l’autre comprendra le message, sans le faire flipper pour autant.

De plus, vous convertirez votre amour en arme de séduction fatale. Car si Alfred est réceptif au contact physique, lui prendre la main dans la rue, ou lui caresser les cheveux pourra lui plaire en plus de vous permettre de vous libérer de cet amour débordant que vous aviez besoin d’extérioriser.

Perso, je suis très sensible aux cadeaux. Je pose ça là, si jamais vous connaissez quelqu’un qui connait quelqu’un qui aime faire des cadeaux. Je vous laisse lui dire de me contacter. Tant qu’à faire, autant trouver quelqu’un qui parle la même langue que soi.

A vos matchs, prêts, partez.

Tendrement,

EPM

Ps : ne ratez plus une seule chronique, et recevez chaque dimanche matin la plus utile des Newsletter, c’est gratuit et ça va révolutionner votre vie, pour vous inscrire :

Ps 2 : prouvez votre amour pour cette chronique en la partageant avec une amie. C’est gratuit, ça lui fera son dimanche, ou une belle jambe, mais c’est déjà ça.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :