SEX FRIENDS ? “Donne moi ton coeur, bébé, ton corps, bébé yeah..” Et puis quoi encore?

Le Sex, ça marche. Friends, ça marchait aussi. Alors qu’est ce qu’on attend pour être heureux?

Le Sex, ça marche. Friends, ça marchait aussi. Alors qu’est ce qu’on attend pour être heureux? 

Démarche typique de la fille qui ne sait plus discerner le bien du mal et qui a tout essayé pour conserver un semblant de relation avec son Alfred. Elle finit par envisager le “sex friends” et, bien pire, arrive même à se convaincre que ce n’est pas si mal, au fond.

Parce que ok elle garde Alfred près d’elle, tout tout près d’elle. Et avec un peu de chance, il la laissera dormir après l’effort, et se réveiller à côté de lui.

Lui, tout mec comme il est, acceptera volontiers une partie de jambes en l’air, et ce qu’il soit déjà remaqué, fiancié, sur le point d’être papa, ou même devenu homo. Un mec reste un mec. C’est-à-dire une bite bête. (Pardonnez-moi d’être aussi crue, c’est le sujet qui le veut).

Elle, toute niaise comme elle est, se satisfera de l’avoir rien que pour elle de temps en temps, se croira privilégiée lorsqu’elle sera dans ses bras, même si c’est pour 1h30, qu’il a 4 grammes dans le sang et qu’il l’appelle par le prénom d’une autre.

Lui, se dira qu’il peut l’avoir n’importe quand, qu’elle est prête à accepter n’importe quoi, et qu’il doit être un dieu au lit, ça tombe sous le sens.

Elle, se dira qu’elle est bien plus chanceuse que sa nouvelle copine…  qu’il est en train de tromper royalement. Elle en arrivera même à lui murmurer qu’elle est heureuse de cette relation.

La pauvre. Certes Alfred, allant et venant actuellement à l’intérieur de son ex copine trompe sa nouvelle copine. Mais à aucun moment, à l’envers comme à l’endroit, il n’envisage de quitter cette dernière pour se remettre avec son ex. A quoi bon? Puisque son ex lui donne déjà tout ce qu’elle a (son corps, et sa dignité, c’est à-dire si ce n’est son amour au moins son amour-propre).

Et si Alfred est en fait resté célibataire, il se trompe lui même, en pensant qu’on peut prendre son pied avec son ex sans lui prendre son coeur.

Alors madame l’amoureuse, (c’est à moi que je m’adresse, dans le genre étrange), calmez vos ardeurs sexuelles (et je me vouvoie en plus). Ce que vous vouliez, c’était de l’amour, une main dans la vôtre et une respiration rassurante à vos côtés la nuit. Mais si pour ça, il vous faut croiser le regard d’Alfred totalement ivre, perdre votre petite culotte chez lui et disparaître le matin avant qu’on vous voit. A la limite, lisez un bouquin : les héroïnes de romans sont là pour faire les choses à votre place en format de poche. 7€5, c’est tout de même moins coûteux qu’un coeur à réparer.

J’ai testé. Voilà pas mal de jours que je n’ai pas écrit. Faute de temps, et faute de crédibilité aussi, vous avouerais-je. Car.. comment vous dire, mes chers jolis coeurs… j’ai finit chez mon Alfred par un samedi soir de débauche. Je sens vos regards de reproches, et croyez bien qu’ils me pèsent énormément. D’autant plus que JE N’AI RIEN FAIT. Oui madame, oui monsieur ! Embarquée dans un périple d’une absurdité insensée qui n’avait aucun sens, je me suis retrouvée contrainte de passer la nuit chez Alfred : c’était ça ou la rue. Vous me direz, ça aurait pu être la même chose : se prostituer pour un endroit où dormir (ou un peu d’amour), dans la rue ou chez son ex c’est du pareil au même !

Mais que je vous explique. Une fois arrivé le moment fatidique d’aller se coucher, (traduire en langage masculin ‘aller se toucher’), le kirikou petit mais vaillant qui sommeille en moi fit surface. Ni une, ni deux, je me jetai sur Alfred… pour lui rappeler qu’il avait une copine et que tant que l’on “s’éclaterait ensemble” il ne pourrait pas vivre pleinement son histoire. Surpris par ma réaction, il m’avoua qu’il savait que j’avais raison, et qu’il doutait à présent de sa relation avec sa nouvelle copine. (LOTO, à qui le tour?)

Sur cette déclaration saveur whisky-coca, je repris mon corps, mon paquet de cigarettes, et sortis de chez lui en souriant. Je savais désormais que l’on pouvait être “sex friends” si je le désirais. Et tandis que j’allumais une cigarette, la flamme que j’avais pour lui s’éteignait doucement.

Publicités

1 Comment on SEX FRIENDS ? “Donne moi ton coeur, bébé, ton corps, bébé yeah..” Et puis quoi encore?

  1. J’aime l’humour avec lequel tu parles de cette situation si difficile, ça fait du bien de lire ça merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :