Comment larguer quelqu’un au 21ème siècle ?

Eh vous, les victimes de l’amour criminel, n’êtes vous pas un peu masochistes sur les bords pour scander à droite à gauche préférer qu’on vous quitte en direct? Les gens normaux, eux, préfèrent s’éviter qu’on les fouette à coups de “je ne t’aime plus” et de “je te quitte”.

Bonjour les Alfred, c’est à vous que je m’adresse aujourd’hui.

On a longtemps trouvé relationnellement correct de quitter sa tendre moitié en LIVE.

Je vais vous montrer l’absurdité de la chose à notre époque.

Ok, en 1512, puisque les pigeons voyageurs n’étaient pas fiables pour transmettre un message, on pouvait préférer rendre visite à sa dulcinée pour lui faire part de notre renoncement à l’engagement. Et encore, parfois, on envoyait juste le valet.

Alors en 2013, quand les ondes permettent l’envoi de sms, l’émission d’appel, qu’un courrier arrive en 24h chrono, à quoi bon quitter quelqu’un en face to face ? 

  1. Vous faites perdre du temps à celui ou celle que vous quittez
  2. Vous vous faites perdre du temps
  3. Et comme le temps, c’est de l’argent, vous perdez de l’argent.
  4. Vous avez des tendances sadiques? Ne me dîtes pas le contraire.. Vous torturez votre bien aimée et la regardez se débattre devant vous avec ses émotions. Vos compresses pleines de “je suis désolé” à moitié tièdes ne trompent personne. Vous êtes désolé, mais pas tant que ça.
  5. Et lorsque vous n’êtes pas sadique, vous vous embarquez dans des “on reste amis” absurdes pour désamorcer la violence de la scène.
  6. Pour peu que la personne que vous quittez réagisse bien à votre speech final, au moment de vous dire au revoir vous vous mettez à douter d’avoir fait le bon choix.
  7. Comble du comble : vous lui offrez un klinex. Vous perdez donc un klinex dans votre paquet. En plus il était à la menthe.

Et vous, les victimes de l’amour criminel, n’êtes vous pas un peu masochistes sur les bords pour scander à droite à gauche préférer qu’on vous quitte en direct? Les gens normaux, eux, préfèrent s’éviter qu’on les fouette à coups de “je ne t’aime plus” et de “je te quitte”.

J’ai testé l’endroit puis l’envers du décor.

Situation 1, j’ai largué Milou pour Alfred : Lorsque j’ai rencontré Alfred, vous vous doutez bien évidemment que j’étais déjà avec quelqu’un. Sinon ce n’est pas drôle, n’est-ce pas ? Or je me voyais mal donner rdv à celui que nous appellerons désormais Milou (je vous expliquerai pourquoi dans un prochain billet) pour lui annoncer que je le quittais pour un autre. Pourquoi ne pas les présenter tous les deux tant qu’on y est? J’ai opté pour le joker “appel à un futur ex petit ami”.

Résultat ? Je m’en suis plutôt bien tirée, donnant des explications claires car n’étant pas devant une tête de mec décomposé, tête qui m’aurait sûrement incitée à dire “mais non, je blague!”. Par contre, mes amies s’en sont beaucoup moins bien tirées puisque Milou a passé la soirée à les appeler les unes après les autres pour obtenir plus d’informations sur le mystérieux Alfred. Il passa ensuite des jours et des vies à me reprocher la rupture par téléphone. Mais c’est un type irrationnel qui n’a pas compris que j’ai fait ça pour son bien.

Situation 2, Alfred m’a larguée pour Milou (kidding) : Lorsqu’Alfred m’a trompée, berné par cette éthique relationnellement correcte qui plane au dessus de notre société, il a eu cette présence absence d’esprit de me convoquer pour me l’annoncer. Evidemment, puisqu’il fallait à tout prix ne pas me larguer par téléphone ni sms, il a fait mine de rien jusqu’à ce que je me retrouve en face de lui dans un bar branché de la capitale. Et c’est au milieu des regards parisiens avides de divertissement que je me suis retrouvée piégée avec mon corps. En moins de 4 sec, mon conte de fées s’effondrait. Mon ventre se contractait, alors je contractais ma mâchoire pour sourire. Mes yeux commençaient à pleuvoir, alors je me forçais à les maintenir ouverts pour les assécher. Mes mains tremblaient, alors je faisais mine de taper la table au rythme de la musique. Je pensais que c’était la fin du monde et que je ne voulais jamais le revoir, ce qui,traduit à l’oral, donna “ce n’est pas grave, restons amis”. Ce filou m’avait piégée dans un lieu public où je ne pouvais que me contenir, peut-être pour se protéger d’une gifle et d’une crise d’hystérie. Pas bête la bête.

Résultat ? J’avais dépensé 60€ de train pour le rejoindre, refusé une soirée chez des amis, acheté un nouvel ensemble de lingerie à couper le souffle, pas mangé depuis 4 jours pour rentrer dans une robe qui devait faire de moi la concurrente directe de Jessica Alba, passé 4h dans la salle de bain à poser du mascara qui n’était même pas waterproof. Alors clairement, j’aurais préféré un sms.

pssssssit : La Love Désintox est désormais sur FACEBOOK ! Likez la page  et on vous quittera par message sur une banderole tractée par un avion, la prochaine fois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :